[IP] Leandro Barbosa prend le playground d’assaut

L’été dernier, le Quai 54 a eu la chance d’accueillir un ancien joueur NBA au palmarès bien garni.
Le Brésilien Leandro Barbosa, bien connu pour avoir fait le bonheur des Phoenix Suns entre 2003 et 2010, meilleur 6ème homme en 2007 et Champion avec les Warriors en 2015 se présentait avec une team de compatriotes, décidés à faire un résultat.

Mais l’expérience NBA ne fait pas tout (969 matchs au compteur pour Leo) puisqu’il ne parviendra finalement pas à mener son équipe au succès en finale. La Fusion, équipe Francilienne remportant la mise 45 à 40.

Déception pour le Brésilien qui reviendrait volontiers lors d’une prochaine édition.

J’ai eu la chance de le suivre au fil de la journée, dans ce contexte si particulier et si différent du confort de la NBA. C’est bien là que l’on voit l’amour du joueur pour le Basket. Même si l’organisation de son équipe semblait rôdée et assez pro (un staff complet dont plusieurs préparateurs physiques), l’échauffement se faisait comme tout le monde, sans exception, en extérieur (avec une grosse chaleur ce week-end là) et des infrastructures limitées.

Le Quai 54 et le retard, tout un programme…

Entre deux matchs (et les heures d’attente pour les joueurs entre les différentes animations -pour la plupart très dispensables-, le classique retard etc.) les joueurs se refroidissent et ne savent jamais vraiment quand manger, quand se reposer, quand s’échauffer. Ils sont parfois au bord du terrain espérant entrer en jeu d’une minute à l’autre pendant plus d’une heure. Et les journées avançant, c’est de plus en plus compliqué à gérer mentalement.

Inutile de dire que pour trouver un créneau d’interview avec un joueur, ce n’est pas simple. Il faut donc y aller la plupart du temps au culot et essayer d’anticiper dans quel état d’esprit est la personne à ce moment-là.
Leandro Barbosa a vraiment tout fait pour se fondre dans la masse et ne pas tirer la couverture sur lui. Pourtant, son status parlait pour lui…
J’ai donc eu l’occasion de le voir quelques instants après une séance d’étirement. Il s’est montré très disponible, ouvert et sympathique. Je n’ai donc pas abusé de sa disponibilité et l’ai laissé assez rapidement repartir vers ses coéquipiers.

Sans trop abuser mais tout de même un petit autographe pour la route !

Un jersey en certified devenu jersey / auto sous maillot Pacers et description Celtics… ok !

J’espère que ce petit récap ainsi que les photos vont auront fait plaisir, avec une bonne année de retard, je suis ravi d’avoir pu vous partager cette belle journée. En espérant pouvoir en vivre d’autres du même genre rapidement. Portez-vous bien.

Stay tuned.
Kheir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.